Julien Lizeroux Official website - french ski team Français - English

Julien Lizeroux

Diaporama

Vous êtes ici : Accueil > Actus

La vie en rouge...

Publié le 24 janvier 2010

Quel week-end, Julien nous a encore fait passé!
Entre les frissons de samedi et l'émotion de dimanche, pas facile d'être détendu devant sa télé...
Pour la première fois de sa carrière, Julien a pris le départ de la descente de Kitzbuhel! A 30 ans, c'est "un rêve de gosse qui s'est réalisé!"...
On a tous eu quelques sueurs froides pendant ces 2mn de courses, mais solide, il n'a pas tremblé, et s'est placé pour le combiné de dimanche.
Aujourd'hui, c'est un slalom tout en maitrise que nous a fait Julien. Malgré une première manche un peu retenue sur la glace de l'Hahnenkamm (7ème), il nous a sorti une deuxième manche de folie, pour finir à la deuxième place derrière son pote Neureuther.

Avec ce deuxième podium consécutif à Kitzbuhel, et suite à la grosse faute de Herbst en deuxième manche, Julien s'empare de la tête du classement du slalom, et partira donc avec le maillot rouge de leader mardi à Schladming.
Nul doute que les autrichiens, Herbst en tête, auront les crocs pour le récupérer sur leurs terres...

Voilà la réaction de Julien à la sortie du slalom...

«Julien Lizeroux, Vous aviez fait le choix de courir samedi la descente de la Streif, réputée très exigeante. Vous ne le regrettez pas en perdant votre titre en slalom ?
J'avoue que je n'avais pas beaucoup de jambes au départ de la seconde manche, j'étais un petit peu émoussé physiquement. Certains m'ont dit que c'était une bêtise de faire la descente mais moi j'ai réalisé un rêve de gamin. J'ai fini la descente sur mes deux jambes, le slalom sur le podium et quatrième du combiné. Je suis vraiment heureux de ce résultat. D'autant que j'ai aussi la grosse satisfaction d'avoir mon premier dossard rouge à Kitzbühel. C'est beaucoup de bonheur, une journée très positive. J'engrange des points pour le général et pour le slalom, et surtout je fais mon deuxième podium d'affilée à Kitzbühel !

Vous étiez 7e de la première manche. Comment avez-vous géré votre course ?
C'est vrai que j'ai été beaucoup trop prudent lors de la première manche, je pensais que la piste serait gelée. Je n'ai pas assez laissé filer les skis. Entre les deux manches je me suis dit: "maintenant, gamin, tu arrêtes de faire n'importe quoi et tu fais ton ski". L'objectif de la 2e manche, c'était de n'avoir aucun regret, et c'est le cas. Je n'avais plus de jambes mais j'ai misé sur l'engagement et ça m'a permis de remonter sur le podium. C'était vraiment une manche exigeante et difficile mais je n'ai rien lâché jusqu'en bas. C'est vrai que l'an dernier j'étais remonté de la septième position à la première. Je ne suis pas déçu parce que c'est Félix (Neureuther) qui gagne. C'est vraiment un bon copain. Maintenant l'important c'est de bien récupérer, ces quinze jours ont été longs et mardi soir il y a le slalom le plus exigeant, à Schladming.

Le dossard rouge, la position de favori pour les Jeux... Comment vivez-vous la pression ?
Ça fait 20 ans que j'ai la pression, je commence à savoir ce que cela veut dire. Il faut éviter de jouer défensif, et c'est vrai que c'est un peu comme ça que j'ai joué les dernières courses, en commençant à calculer un petit peu. Maintenant, on sent qu'il y a un engouement derrière le ski français. C'est toujours un peu d'appréhension et de stress quand tout le monde se déplace pour des courses à l'étranger. Mais on a une belle équipe de France. Steve Missilier (9e) a fait une bonne deuxième manche et les filles ont répondu présent en géant à Cortina. Il faut qu'on poursuive sur notre lancée en continuant à s'appuyer sur notre ambiance et notre état d'esprit.» (AFP)

4 commentaires - Ajouter un commentaire

Julien est phénoménal !

Publié le 10 janvier 2010



Julien a enflammé l'arène d'Adelboden aujourd'hui !!!!
Quelle course... après une première manche entachée de deux grosses fautes dans le mur final, Julien pointait au 12ème rang, à plus d'une seconde du leader Matias Hargin et de Reinfried Herbst...

Autant dire que la partie était plutôt mal engagée, car même si le ski était là, ses deux fautes l'ont mis loin des meilleurs.

Mais sa deuxième manche d'anthologie, comme une partition parfaitement jouée, a atomisée tous ses concurrents.
Il y a très peu de skieurs capables d'une telle remontée... mais Julien réalise le temps parfait sur la deuxième manche, reléguant Marcel Hircher à près d'une seconde sur la manche ! Il était intouchable cet après-midi...

La suite, vous la connaissez ! c'est une nouvelle victoire pour Julien, la 3ème de sa carrière en Coupe du Monde, après Kitzbuehl et Kranjska Gora.

Interview de Julien parue sur Eurosport.fr...

Julien LIZEROUX , Avez-vous senti que vous alliez très, très vite en seconde manche?
J.L. : Pas du tout. Quand j'étais dedans, je ne pouvais pas dire si j'allais vite ou pas. Mais d'après le regard de tout le monde, que ce soient les entraîneurs ou les skieurs, je crois que cette manche va peut-être rester dans les annales. Elle m'a permis de gagner, c'est le principal.

Avez-vous l'impression d'avoir démontré que le slalom se joue en deux manches?
J.L. : Ce sont les faits, il y a deux manches. Et aujourd'hui après la première, je me suis dit heureusement. C'est mon tempérament qui parle, qui fait aussi parfois la différence comme aujourd'hui. J'ai beau avoir pris deux secondes sur le dernier temps intermédiaire dans le premier tracé, je me suis montré à moi, mais aussi à tout le monde, qu'il était possible de revenir. Ce sont des sentiments assez exceptionnels à vivre. Je crois que je n'avais jamais été aussi nerveux en bas.

Quand avez-vous commencé à y croire?
J.L. : Tout le monde venait me dire "ça va peut-être être bon". Et les autres skieurs passaient derrière, l'un après l'autre. C'est après que l'on se rend compte qu'on a fait un grand coup. A l'image de Kitzbühel l'année dernière, où j'avais déjà fait une grosse faute lors de la première manche, ce n'est pas grave, je me remets en selle et puis on repart au combat lors de la deuxième. Aujourd'hui, c'était difficile en raison du peu de visibilité en seconde manche. Moi, je ne me suis pas posé de question: léger sur les skis, cela va vite. De voir ses entraîneurs arriver avec les larmes aux yeux, cela fait du bien. Ma famille, plein d'amis étaient venus me voir.

Vous êtes très régulier cette saison, avec une 7e place en guise de plus mauvais résultat...
J.L. : Même en une dizaine de slaloms, je pense. En fait, depuis Kitzbühel (25 janvier 2008) il n'y a qu'à Schladming où je suis sorti. C'est aussi pour cela que j'arrive à être devant. J'ai une grosse constance. Malgré mes petites fautes, je suis toujours dans le coup. Quand on est premier, troisième, cinquième, cela se joue à rien parfois, une simple petite erreur de timing. Je sais maintenant que quand je fais des manches avec une grosse faute, je ne suis pas loin des dix premiers. C'est important pour la suite: je peux donc prendre un peu moins de risque et skier plus relâché... Je m'économise physiquement et le gain est meilleur. Il faut juste être scientifique!

Revenu à 4 points du leader de la Coupe du Monde Reinfried Herbst, Julien va certainement avoir une petite pensée pour le dossard rouge en se rasant demain matin ;-)

Voilà la 2ème manche de Julien, diffusée sur Eurosport :

22 commentaires - Ajouter un commentaire

Un podium pour lancer le mois de janvier !

Publié le 7 janvier 2010

Après cette belle troisième place, que Julien est allé chercher avec les tripes en deuxième manche, voilà une interview parue sur le site lequipe.fr:

Julien Lizeroux, comment avez-vous vécu ce slalom avec une deuxième manche particulièrement difficile ?

La piste n'est pas forcément impressionnante au niveau de la pente mais cette deuxième manche, c'était la guerre. Le tracé était très tournant de bout en bout. On arrivait tous dans le dernier mur avec les jambes qui brûlent et la fin du tracé était toujours aussi tournante. J'en ai parlé avec les autres skieurs. On n'avait pas l'impression de bien skier. Il fallait oublier la technique et le physique et s'appuyer sur le mental. C'est le type de course qui me convient.

Attendiez-vous ce premier podium de l'hiver avec impatience ?
Je grappille petit à petit. Le slalom se joue à très peu de choses, donc on peut très bien avoir de belles sensations et ne pas finir sur le podium. Depuis le début de la saison, je suis dans le coup avec une grosse régularité. Sur les trois slaloms, je n'ai rien à envier à personne. Au-delà des sensations, je me juge sur les résultats : un podium, cela fait évidemment du bien. Ça marque des points et ça lance le mois de janvier...

Comment abordez-vous cette série de six slaloms programmés en moins d'un mois ? Avec crainte ou envie ?
Je suis plutôt excité par tous ces slaloms. On découvre des pays différents avec de belles pistes et des supers ambiances. C'est génial de skier devant 20 000 personnes. A Zagreb, les spectacteurs étaient à fond derrière les skieurs. En Suisse (Adelboden), ce sera plus folklorique. Et Schladming, c'est vraiment le summum pour les slalomeurs. C'est la nuit, c'est 60 000 spectateurs...

N'avez-vous pas envie de faire des impasses pour garder des forces pour les Jeux Olympiques de Vancouver (12-28 janvier) ?
Il n'y a pas que les JO dans la vie ! L'année dernière, le programme était le même avant les championnats du monde (où il a gagné deux médailles d'argent en super-combiné et slalom, ndlr). Cette année, on aura une semaine de repos en plus après Kranjska Gora. En ski de fond, ils font des impasses car le physique est primordial. En ski alpin, ce qui fait la différence, c'est la confiance. Et la meilleure manière d'arriver en confiance en Vancouver, c'est d'enchaîner les courses.»

Recueilli par Anthony THOMAS-COMMIN pour l'Equipe.fr

29 commentaires - Ajouter un commentaire

Bienvenue en 2010....

Publié le 3 janvier 2010

Salut à tous
En ce début d'année, je tenais à vous remercier pour votre soutien inconditionnel ainsi que vos messages d'encouragements toujours très nombreux...
Cela fait très plaisir d'avoir autant de monde derrière soi et je vous promet que cela donne encore plus envie de travailler, de se balancer et de prendre des risques dans les piquets du circuit de la coupe du monde....

Je voulais aussi féliciter tous les coureurs français qui nous font rêver depuis le début de saison:
-Mention spéciale a la reine du slalom Sandrine AUBERT qui gagne 2 courses et s'empare du dossard rouge de leader de la discipline
-Bravo à Tessa WORLEY pour sa superbe victoire lors du géant d'Are
-Et enfin bravo à Ingrid JACQUEMOD, Taina BARIOZ, Cyprien RICHARD et Yo CLAREY pour leurs podiums en coupe du monde
L'équipe de France est bien présente en ce début de saison et le travail de toutes les personnes qui nous entourent (Coachs, Techniciens, Kinés, Préparateurs physique) y est pour beaucoup...

Un spécial coucou aussi à tous nos blessés à qui on pense bien fort. JB GRANGE, Thomas FANARA, Pierre DALCIN et Pierrick BOURGEAT. Bonne chance dans votre rééducation et revenez nous encore plus fort la saison prochaine.
Une bise aussi a Marie MARCHAND-ARVIER qui a fait une belle cabriole à Val d'Isère.

Enfin, pour terminer, quelques news me concernant.
Après quelques jours de repos chez moi à La Plagne pendant les fêtes, j'ai repris le chemin de l'entraînement cette semaine avec une course FIS en nocturne a Chamonix suivie de 2 journées de slalom en Italie.
Mon matériel est au point, j'ai bien récupéré physiquement et je suis prêt à aborder le mois de janvier.
Départ prévu demain pour Zagreb ou va se disputer, mercredi, le premier slalom des "classiques" du circuit de la coupe du monde de slalom...
Rendez-vous donc sur Eurosport à 15h15 pour le départ de la première manche...

Tous mes voeux de joie et de bonheur pour cette nouvelle année à tous les fans de ski.
Allez les bleus!!!

15 commentaires - Ajouter un commentaire

Le ski est là !

Publié le 22 décembre 2009

Julien a signé une belle 7ème place lundi du slalom d'Alta Badia...
Après avoir commis quelques fautes en première manche, sur un tracé plutôt piegeux, Julien est bien revenu en seconde manche pour remonter quelques places et terminer 7ème de ce deuxième slalom de la saison.
De bonne augure avant un mois de janvier bien chargé pour les slalomeurs...

JULIEN LIZEROUX , le premier tracé était du genre à donner le tournis?
J.L. : Quand c'est Ante Kostelic qui trace, on sort du commun, de la routine. Il aime les changements de rythme, les 'bananes' piégeuses (qui exigent un appui plus long). Je passe à côté de la 1re manche. Je suis entré dans un faux rythme et j'ai en outre commis une faute aux deux-tiers du parcours, et j'ai eu du mal sur le plat. J'ai fait une 2e manche, également tournante, qui ressemblait plus à un slalom. J'ai vu le vert (signalant la 1re place provisoire), c'est bon signe. Cinquième à Levi, 7e ici, je suis dans le coup. C'est mieux que la saison dernière où je suis 15e (Levi) et 11e (Alta Badia).

Pourtant, après la blessure de Jean-Baptiste Grange, on vous attend encore plus sur le podium...
J.L. : Le ski est là, mais on est aussi un peu usé. Physiquement par les voyages entre la Finlande, les Etats-Unis et le retour en Europe, et mentalement avec les accidents qui ont touché l'équipe. Le ski, c'est compliqué avec toutes les composantes, dont la technologique. Les podiums de ces derniers jours ont montré qu'on avait les moyens de rebondir. Les mauvaises nouvelles sont derrière nous. Maintenant, l'idée c'est de bien récupérer.

Janvier est capital pour les slalomeurs ?
J.L. : Je donne rendez-vous à l'année prochaine. Janvier, c'est toute la série des slaloms dans différents pays, avec des mentalités particulières à chaque course, des publics très chaleureux. Et puis les jeunes arrivent. Maxime Tissot et Anthony Obert ont marqué leurs premiers points en Coupe du monde.

Eurosport - AFP

0 commentaire - Ajouter un commentaire

Page  : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29