Julien Lizeroux Official website - french ski team Français - English

Julien Lizeroux

Diaporama

Vous êtes ici : Accueil > Actus

Julien, le skieur d'argent !

Publié le 10 février 2009

Tout le monde s'accorde à dire que c'est la médaille de la persévérence...
La carrière de Julien n'a pas toujours été simple. Coups durs, blessures, souvent à l'ombre de skieurs avec de meilleurs résultats...
Mais comme il le dit si bien, "dans la vie, il ne faut jamais rien lacher".

Hier, Julien n'a rien lâché.

Après avoir été relégué à près de 3 secondes en descente le matin, il pointait à la 24ème place avant le départ du slalom.
«C'était difficile pour la visibilité, on avait un jour blanc et je me suis bien fait chahuter. J'ai fait une grosse, grosse faute à l'Ancolie, mais j'ai fait le job. Les deux premiers avaient fait un gros écart. J'ai fait le principal, rester dans les trente premiers, à moins de trois secondes et j'ai franchi la ligne d'arrivée. Je n'avais pas grand-chose à perdre avant le slalom.»

Ensuite, est venue cette manche de slalom. LA manche de slalom. La manche parfaite, rien a enlever, rien a rajouter... Julien a survolé cette face de Bellevarde, pour arriver avec plus de 2 secondes d'avance sur les autres concurrents.
Il a fallu attendre le passage de 22 coureurs pour voir AL Svindal, meilleur temps de la descente, lui passer devant.

Aujourd'hui, Julien est un Grand parmi les Grands. Mais c'est surtout un homme heureux !

Voilà les premiers mots de Julien à la sortie du slalom, recueillis par Sandie Tourondel pour sport24.com.

Une deuxième place aux Championnats du Monde devant votre public, cela doit être un grand moment d’émotion…
Julien Lizeroux : Aujourd’hui, c’est plus de l’émotion contenue, je suis simplement heureux d’être là au milieu de tout le monde. Il y avait une ambiance incroyable depuis ce matin. J’étais un peu loin après la descente mais, comme à mon habitude, je n’ai rien lâché car je savais qu’il y avait vraiment moyen de faire quelque chose. C’était une manche assez sélective, la piste a beaucoup bougé et j’en ai profité en partant devant. J’ai juste skié comme je savais le faire, je n’ai pas pris de risques inconsidérés et à la fin ça fait une deuxième place, c’est incroyable ! Vice-champion du Monde à la maison, c’est pas mal quand même !

Comment avez-vous géré l’attente entre la descente et le slalom ?

Julien Lizeroux : J’étais juste bien au départ de la manche de slalom, j’avais envie de tout donner. Et puis, dès que j’ai su que c’était à mon tour, j’avais une bonne boule au ventre et je me suis dit que c’était maintenant qu’il fallait envoyer du gros. Paradoxalement, c’est quand je force le moins que je vais le plus vite et c’est ce qui s’est passé. A l’arrivée, quand j’ai vu le panneau d’affichage, j’étais plutôt satisfait et puis il a fallu attendre.

A un moment, avez-vous pensé au titre ?
Julien Lizeroux : Je suis assez terre à terre donc j’attendais tranquillement le passage des coureurs. Aksel Lund Svindal mérite vraiment son titre car c’était un slalom difficile, il a fait beaucoup de fautes mais il n’a rien lâché. Il avait beaucoup d’avance après la descente et après, c’est le jeu du combiné. Je suis vraiment fier de terminer derrière Aksel Lund Svindal qui est un bon gars et l’un des plus grands skieurs de la décennie. Et puis deuxième, c’est quand même pas mal non ?

Qu’est-ce votre 1ère victoire en Coupe du Monde à Kitzbühel a changé ?

Julien Lizeroux : Quand on gagne une Coupe du Monde, on a de l’élan pour toute la saison. Après, ça n’a rien changé, ça m’a juste prouvé que je pouvais être le meilleur du monde ! Aujourd’hui, c’est frustrant, je suis deuxième, c’est un peu la loose (rires) ! Non, plus sérieusement, ça a confirmé tout ce que je pense depuis que je suis gamin, c’est que je suis capable de le faire. Je fais du ski parce que j’aime ça et parce que je m’éclate.

Vous apportez une deuxième médaille à la France. Plus généralement, comment sentez-vous cette équipe en ce début de deuxième semaine ?
Julien Lizeroux : On a encore de belles choses à faire avec l’équipe de France. Je suis très content pour Thomas Mermillod-Blondin qui a fait une belle course même si je suis bien déçu pour mes autres compatriotes. On savait que ça serait dur pour Adrien Théaux et puis pour JB Grange, il a pris sa chance et malheureusement il a enfourché. On aurait pu être sur le podium ensemble. Mais les caractéristiques d’un grand champion, c’est de savoir rebondir et je pense que ça va bien se passer autant en géant qu’en slalom.

Pour vous, c’était la répétition idéale pour le slalom de dimanche…
Julien Lizeroux : Avec la médaille, c’est même une finalité ! C’est sûr que ça donne des idées pour le slalom mais il ne faudra pas mettre la charrue avant les bœufs. Je vais d’abord disputer le «Team Event» mercredi où je serai aligné en super G et en slalom, je vais encore pouvoir pratiquer la piste et c’est sûr que c’est important. Dimanche, il faudra que je reste lucide et serein.

Revivez cette journée incroyable grâce aux images exclusives de Florian de savoieactu.com.


43 commentaires - Ajouter un commentaire

Sur le télésiège avec Julien...

Publié le 7 février 2009

Julien est arrivé depuis quelques jours à Val d'Isère, pour préparer son super combiné de lundi, et le slalom de dimanche prochain.
Son premier entrainement de descente sur la face de Bellevarde a été un peu chaud, puisque Julien a enfourché une porte. Plus de peur que de mal, et il a pu courir le deuxième entrainement hier, avec un chrono plutôt encourageant en vue du combiné.

Florian de savoieactu.com, est coutumier des interviews insolites des skieurs de l'équipe de France...
Cette fois-ci, il  nous propose une ballade en télésiège avec Julien, live, comme si vous y étiez, histoire de recueillir ses impressions sur son ski, ses entrainements, la face, la descente, sa forme, etc...


2 commentaires - Ajouter un commentaire

Julien se place avant Val d'Isère !

Publié le 1 février 2009

Julien nous a montré à nouveau qu'il faudra compter avec lui les 9 et 15 février à Val d'Isère... mais qui en doutait???
Après sa disqualification à Schladming, Julien avait à coeur de revenir parmis les meilleurs à Garmisch.

Parti avec le dossard 7, il réalise une très bonne première manche, bien dans le rythme, et se place en embuscade à la 6ème place.
Sur le deuxième tracé, Julien entame parfaitement sa manche, précis sur son ski, et malgré quelques petites fautes, il termine juste derrière le leader provisoire Bode Miller. Ensuite, JB, les autrichiens et surtout Moelgg et Rocca l'éloignent un peu du podium, pour finir à une belle 7ème place.
Avec ce beau résultat, Julien nous a prouvé à nouveau que son ski est là, solide, fiable, et que les quelques erreurs "d'engagement" qu'il a pu faire en début de saison sont un lointain souvenir. C'est un nouveau top10, et rien de tel avant les mondiaux !

Vivement Val d'Isère, vivement le combiné, vivement le Slalom, et allez les bleus !!!!!!!

9 commentaires - Ajouter un commentaire

C'est que du bonheur...

Publié le 27 janvier 2009

Voilà une interview de Julien réalisée par Sandie Tourondel de sport24.com suite à sa victoire dimanche.

Sport24.com : Julien, première victoire, premier podium et en plus à Kitzbühel, c’est une énorme performance…
Julien Lizeroux : (il coupe) … Et surtout un doublé avec Jean-Baptiste Grange ! Cela fait vraiment partie de l’histoire car même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé ça une seule seconde. Aujourd’hui, c’est que du bonheur même s’il n’y a pas trop de mots pour expliquer tout ce qui s’est passé. Ma journée s’est déroulée comme d’habitude sauf que j’ai gagné ! Remporter une Coupe du Monde, c’est déjà un rêve. Gagner Kitzbühel, n’en parlons pas et faire un doublé c’est carrément le summum.

Sport24.com : A la première manche, vous êtes 7e à une seconde et demie de Reinfried Herbst. Comment expliquez-vous cette folle remontée ?
Julien Lizeroux : En ce moment, je savais que je skiais très vite. Je l’avais prouvé jeudi soir dernier lors de la FIS de Westendorf en terminant 2e. Et en fait, ce que j’ai touché du bout du doigt depuis début janvier, c’est que je skie plus vite quand je skie relâché et moins sur mon physique. C’est cela que j’ai vraiment essayé de mettre en place. En première manche, je suis parti un peu à l’envers en haut, je fais une grosse faute mais j’ai réussi à rester calme et à arriver en bas. En deuxième manche, j’avais du retard et je me suis dit que je n’avais rien à perdre. J’ai regardé Marcel Hirscher qui fait une grosse manche (NDLR : meilleur temps de la 2e manche) et mon entraîneur Jacques Théolier m’a dit qu’on pouvait skier vraiment vite. Je n’en n’ai pas rajouté, j’avais l’impression de ne pas forcer et finalement j’étais dans le bon timing.

Sport24.com : 8 centièmes seulement vous séparent de Jean-Baptiste Grange, c’est un infime écart…
Julien Lizeroux : Je pensais vraiment que «JB» serait devant et à l’arrivée il est derrière. A ce moment là, je me suis dit qu’on allait faire un podium tous les deux et que vu la forme de Reinfried Herbst en ce moment, il allait gagner. Et au moment où il est sorti, j’ai compris que c’était bon ! Après, ça s’est enchaîné très vite alors on n’a pas forcément le temps de se rendre compte de tout. C’est énorme ce qui s’est passé.

Sport24.com : Avez-vous réalisé que vous faîtes parti des Français qui auront gagné Kitzbühel en slalom au même titre que Jean-Pierre Vidal ou Jean-Baptiste Grange ?
Julien Lizeroux : C’est un truc de fou même si j’ai encore beaucoup de mal à réaliser ! Depuis que je suis gamin, «Kitz» représente la course de la saison avec Schladming qui est aussi la Mecque du slalom.

Sport24.com : Qu’est-ce qu’on ressent quand on entend sa première Marseillaise dans l’aire d’arrivée de Kitzbühel ?
Julien Lizeroux : J’ai fermé les yeux et pendant tout l’hymne j’ai pensé à mon frère parce que je sais qu’aujourd’hui, il est fier de moi. (NDLR : Son frère Yoann est décédé accidentellement cet été). Je lui dédie cette victoire, j’aurai aimé qu’il soit là pour partager ce moment.

Sport24.com : Dans deux jours aura lieu le slalom de Schladming, est-ce que vous vous projetez déjà sur cette nouvelle course ?

Julien Lizeroux : Oui, complètement. Schladming, c’est une autre compétition qui commence. Ce n’est pas parce que j’ai gagné ce dimanche que je vais gagner là-bas mardi soir. Il va falloir que je récupère surtout car j’ai laissé beaucoup d’influx aujourd’hui. Cette victoire ne va pas changer ma manière d’être. Je vais continuer à produire mon ski et à être efficace. Il faut simplement que je me repose pour aborder de la meilleure des façons Schladming puis Garmisch.

Rendez-vous ce soir dès 18h00 pour la première manche du slalom de Schladming, Julien est dossard 5 !

7 commentaires - Ajouter un commentaire

"Le plus beau jour de ma vie..."

Publié le 26 janvier 2009

Le ciel bleu, Kitzbuhel, les 35.000 autrichiens, la victoire, le doublé avec JB, tout était réuni pour faire de ce dimanche 25 janvier un jour inoubliable !

Tout le monde sais à quel point cette victoire est symbolique pour Julien...
Il allignait les top10 depuis deux ans en slalom, et travaillait dur pour atteindre ce premier podium bien mérité.
Il l'a fait, et à Kitzbuhel, considérée pour beaucoup de monde comme la course de l'année.
Ensuite cette victoire prend une ampleur toute particulière, car elle fait suite au drame famillial vécu par Julien et toute sa famille cet l'été. La préparation de Julien en a forcément été impacté...
Enfin, ils en rêvait avec JB de ce doublé, peu importe l'endroit, peu importe le classement, c'est un doublé de potes qui ne se quittent pas toute l'année sur le circuit de la coupe du monde.

« C'est incroyable, je me considérais comme un outsider après la première manche. Mon coach m'a dit d'y aller dans la seconde. Premier podium, première victoire, un jour incroyable. Le slalom de Kitzbühel on veut aussi le gagner en tant que skieur. Jean-Baptiste a eu son nom sur une télécabine l'an dernier, c'est mon tour cette année (selon la tradition les noms des vainqueurs des épreuves de Kitzbühel sont inscrits sur les nacelles d'une télécabine de la station, ndlr). Mon père et ma mère étaient là. On a tous pensé à mon frère, qui est décédé l'été dernier près de Wengen. Nous sommes amis avec Jean-Baptiste, on court contre le chronomètre pas contre nos coéquipiers. »

Voilà la vidéo de la deuxième manche de Julien parue sur le site eurosport.fr


81 commentaires - Ajouter un commentaire

Page  : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29